la NSA espionne les iPhones et les Android via les applis et Facebook

golden nugget

Depending on what profile information a user had supplied, the documents suggested, the NSA would be able to collect almost every key detail of a user’s life: including
– home country,
– current location (through geolocation),
– age,
– gender,
– zip code,
– martial status – options included « single », « married », « divorced », « swinger » and more –
– income,
– ethnicity,
– sexual orientation,
– education level,
– and number of children.

(…)

The documents do set out in great detail exactly how much information can be collected from widely popular apps. One document held on GCHQ’s internal Wikipedia-style guide for staff details what can be collected from different apps. Though it uses Android apps for most of its examples, it suggests much of the same data could be taken from equivalent apps on iPhone or other platforms.

The GCHQ documents set out examples of what information can be extracted from different ad platforms, using perhaps the most popular mobile phone game of all time, Angry Birds – which has reportedly been downloaded more than 1.7bn times – as a case study.

From some app platforms, relatively limited, but identifying, information such as exact handset model, the unique ID of the handset, software version, and similar details are all that are transmitted.

Other apps choose to transmit much more data, meaning the agency could potentially net far more. One mobile ad platform, Millennial Media, appeared to offer particularly rich information. Millennial Media’s website states it has partnered with Rovio on a special edition of Angry Birds; with Farmville maker Zynga; with Call of Duty developer Activision, and many other major franchises.

the richer personal data available to many apps, coupled with real-time geolocation, and the uniquely identifying handset information many apps transmit give the agencies a far richer data source than conventional web-tracking cookies.

Almost every major website uses cookies to serve targeted advertising and content, as well as streamline the experience for the user, for example by managing logins. One GCHQ document from 2010 notes that cookie data – which generally qualifies as metadata – has become just as important to the spies. In fact, the agencies were sweeping it up in such high volumes that their were struggling to store it.

An ability to make the phone’s microphone ‘hot’, to listen in to conversations, is named « Nosey Smurf ».

High-precision geolocation is called « Tracker Smurf »,

power management – an ability to stealthily activate an a phone that is apparently turned off – is « Dreamy Smurf »,

while the spyware’s self-hiding capabilities are codenamed « Paranoid Smurf ».

Source : The Guardian, 27 janvier 2014

recrutements chez Thales (ex Thomson CSF) : offres d’emploi, RH

Nombre de salariés : 67 000

> Nombre de recrutements en 2013 : 4 000 (dont 1000 en France)

> Profils recherchés : ingénieurs de la R&D hardware et software, architecture systèmes, management de projet.,.

Chez Thales, qui va recruter 1000 personnes en France cette année, dont 30 % de jeunes diplômés, on fait feu de tout bois.

“Nous menons des actions d’information sur nos activités et nos métiers, nous intervenons lors de tables rondes sur des sujets comme L’innovation ou le management de projet, nous participons à des ateliers d’aide à la rédaction de CV ou à la préparation d’entretiens.

Plus de 150 actions dédiées aux étudiants ont été déployées en 2012”, explique Florent Douty, responsable recrutement et mobilité de Thales France.

Sans oublier le soutien, toujours très apprécié des étudiants, d’événements liés à la vie associative de leur établissement.
Par ailleurs, le géant de l’électronique ouvre largement ses portes aux étudiants, accueillant chaque année 2 000 stagiaires, 1200 alternants et 250 doctorants.

sur le compte twitter.com/thalesjobs, Thales publie l’ensemble de ses offres d’emploi.

les recrutements chez Safran (ex-SAGEM Snecma) : offres d’emploi, RH…

Nombre de salariés 60000

> Nombre de recrutements : 7000 (dont 3500 en France),

> Profils recherchés ; ingénieurs spécialisés dans le développement mécanique, les matériaux et les procédés, des techniciens et des compagnons (chaudronniers, ajusteurs)…

Chez Safran, la tendance devrait être la même que l’an dernier, avec 7 000 recrutements prévus, dont 3500 en France. “Les trois quarts de ces postes sont destinés à des ingénieurs et cadres, essentiellement dans la recherche & développe-ment, précise Jean-Luc Bérard, le DRH du groupe. Les profils les plus recherchés sont les ingénieurs spécialisés dans le développement mécanique, les matériaux et les procédés”.

les recrutements chez EADS Airbus : offres d’emploi, RH…

Airbus

> Nombre de salariés : 59000

> Nombre de recrutements en 2013 : 3 000 (dont 1 500 en France),

> Profils recherchés : des ingénieurs (systèmes, résistance des matériaux, structures,.,), des techniciens et compagnons,,.

Airbus, qui a accueilli autour de 10 000 nouveaux collaborateurs entre les années 2011 et 2012, prévoit 3000 embauches pour 2013, dont une petite moitié en France.

Les récents méga-contrats dévoilés, notamment celui des 234 A320 vendus à Lion Air, rendent ces embauches d’autant plus urgentes. L’avionneur a un intérêt particulier pour les compétences en systèmes, composites, résistance des matériaux, structures et gestion de la Supply Chain.

Trois questions à Thierry Baril, Directeur des ressources humaines d’Airbus et d’EADS

Rencontrez-vous des difficultés à recruter ?

Airbus est en bonne santé économique avec un large carnet de commandes, une forte visibilité et de nombreux défis industriels liés notamment au lancement de l’A350 et au développement de l’A320 neo.
En deux ans, de 2011 à 2012, près de 10 000 nouveaux collaborateurs, ingénieurs, techniciens et compagnons nous ont rejoints et 3000 recrutements sont prévus cette année, dont 1500 en France. Il est donc paradoxal de dire que recruter peut être difficile, mais cela reste pourtant un challenge.

En France, nous ne rencontrons pas de difficultés notables à trouver les compétences dont nous avons besoin, mais pour certains profils très spécifiques, le marché reste tendu. C’est le cas, par exemple, des ingénieurs systèmes ou structures, mais également des ingénieurs Supply Chain.

D’autres, en particulier les PME, connaissent des difficultés à attirer les profils dont ils ont besoin, Quelle aide Airbus peut-il leur apporter ?

Notre croissance est également une bonne nouvelle pour nos fournisseurs, mais nous recherchons parfois les mêmes profils et, en effet, il peut y avoir un phénomène d’aspiration des meilleurs talents de la part des entreprises les plus emblématiques, et en premier lieu d’Airbus, au détriment des PME, ce qui peut avoir un impact sur leur propre activité. D’où notre volonté de les accompagner, par exemple dans le cadre de la filière aéronautique du Gifas, ou encore du Pacte PME, qui comprend notamment un volet consacré au développement des compétences. Ainsi, nous avons doublé, en deux ans, le nombre d’alternants accueillis chez Airbus, et nous allons continuer à l’augmenter, l’objectif étant d’atteindre 5 % d’alternants (par rapport à l’effectif global) en 2015 et que certains de ces jeunes, une fois formés, rejoignent des entreprises ou PME partenaires. De même, en matière de formation continue, où nous co-développons des formations communes avec nos partenaires et sous-traitants dans nos différents métiers et compétences.

Plus généralement, comment susciter davantage de vocations ?

Les produits que nous concevons et fabriquons sont exceptionnels, malgré tout, le secteur doit attirer davantage, en particulier les jeunes. La communication en direction de ce public doit être renforcée, avec un focus sur les jeunes femmes, qui sont encore sous-représentées dans notre industrie. C’est pourquoi nous participons si activement aux salons aéronautiques, aux forums emploi, aux rencontres dans les établissements scolaires de tous niveaux, qu’il s’agisse des collèges, des lycées ou des établissements d’enseignement supérieur…
Nos équipes ne s’économisent pas pour sensibiliser, informer et valoriser encore davantage les métiers de l’aéronautique, leur grande variété et les multiples possibilités d’évolution de carrière. L’an dernier, Airbus et sa maison mère EADS ont participé à plus de 1500 événements dans le monde ! Toutes les occasions sont bonnes pour porter la bonne parole et donner aux jeunes talents de demain F envie de rejoindre le groupe.